Comment choisit-on le mode gestion de sa forêt ?

bandeau_mode de gestion

Le mode de gestion est la façon dont le propriétaire gestionnaire d’une forêt va mener son peuplement pour atteindre un objectif. Cet objectif doit concilier plusieurs paramètres : environnemental, écologique, productif, patrimonial (transmission), réglementaire, social, etc. Les deux modes de gestion les plus répandus sont : la gestion en futaie régulière et la gestion en futaie irrégulière.

La gestion en futaie régulière

L’origine d’une futaie régulière est soit artificielle (issue d’une plantation) soit naturelle (issue d’une régénération naturelle du peuplement précédent).

Dans ce cas, les arbres ont un aspect homogène, ils semblent avoir tous le même âge (ce qui n’est pas toujours le cas). Ce peuplement va bénéficier, tout au long de sa vie des travaux qui lui permettront de se développer. Tout d’abord, des travaux sylvicoles dans le jeune âge permettent aux plants de se développer dans les meilleures conditions.  Ensuite, durant toute la vie du peuplement, à intervalle régulier, des prélèvements (coupes d’éclaircies) permettent de réduire la concurrence des arbres entre eux. Ces prélèvements surviennent tous les 10-15 ans pour les chênes par exemple et tous les 5-10 ans pour les résineux.

En fin de vie du peuplement, il est l’heure de la récolte. Dans ce cas, 2 méthodes sont possibles : la première est de régénérer le peuplement artificiellement, il s’agit d’enlever l’ensemble des arbres adultes pour ensuite replanter de jeunes plants. La seconde, est la régénération naturelle, il est dans ce cas nécessaire de procéder par étapes en enlevant une partie des arbres adultes pour faire apparaître les semis, s’ensuivra alors un travail important sur ces semis pour limiter la concurrence entre eux.

La gestion en futaie irrégulière

L’aspect est bien différent de la Futaie Régulière, il y a, réparti sur l’ensemble du peuplement, des arbres de tous âges et de toutes dimensions. Il est donc nécessaire de travailler le peuplement presque arbre par arbre ou plus souvent « tâche par tâche ». En effet, les arbres se répartissent naturellement par « groupes » d’arbres de différents âges : semis, jeunes, âge moyen, mâtures. A chaque étape, le travail consiste à favoriser les plus beau afin d’assurer, à l’avenir, des arbres mâtures de bonne qualité qui assureront le renouvellement du peuplement (un peu comme si on traitait chaque tâche en Futaie Régulière). Pour ce mode de gestion, tout est question d’équilibre et il est difficile à maintenir.  En effet, les interventions (qu’il s’agisse de travaux ou de prélèvements) doivent être fréquentes et légères, si tel n’est pas le cas, naturellement, le peuplement se régularise (les plus vieux empêcheront les plus jeunes de se développer).

 

En conclusion, de nombreux paramètres entrent en ligne de compte dans les choix du propriétaire qui ne peut que tenir compte de l’existant. En effet, les modes de gestion ne sont pas permutables à loisir, outre les paramètres définis plus haut, il faut tenir compte de paramètres spécifiques au peuplement comme le mode de gestion précédemment établi (une futaie régulière est difficile à irrégulariser), l’essence (certaines ne supporte pas d’avoir trop de lumière dans le jeune âge comme le sapin ou au contraire ne supporte pas l’ombre comme le douglas), la taille de la parcelle (un mode de gestion en futaie irrégulière est extrêmement difficile sur les petites parcelles), l’état sanitaire du peuplement (présence de champignons type Fomès),la qualité du peuplement initial à régénérer, etc.

Le choix pour les propriétaires et leurs gestionnaires n’est donc jamais simple, ils sont en effet souvent tributaires d’un passé empreint d’histoire et d’usages locaux, charge à eux d’orienter la forêt pour atteindre les objectifs fixés… si la Nature le leur permet !

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.