Réglementations des chantiers en forêt

bandeau_reglementation chantiers

C’est une évidence, lors de la récolte des arbres, la forêt a besoin d’une attention toute particulière. En plus de nous procurer du bois pour nous loger et nous chauffer, la forêt joue un rôle environnemental essentiel en absorbant une partie du CO2 dans l’atmosphère et contribue ainsi à lutter contre l’effet de serre.

Pour récolter le bois, des chantiers forestiers sont organisés en veillant à ne pas compromettre l’avenir de la forêt. Ceux-ci peuvent être de différents types : ébranchage, abattage, débardage, plantation… Ces chantiers en forêt sont extrêmement réglementés et font l’objet de nombreuses obligations. Un manquement à l’une d’entre elles peut rapidement mener à d’importantes sanctions.

Tout d’abord, les réglementations débutent avant même l’ouverture du chantier. Le responsable du chantier doit déclarer ce chantier à l’inspection du travail par lettre recommandée et doit mentionner le nom et l’adresse de l’entreprise, la localisation et les dates du chantier puis le nombre de salariés requis sur place.

Ensuite, il est indispensable de signaler son chantier à l’aide d’un panneau en forêt. Celui-ci doit être placé en bordure de coupe afin qu’il soit facilement visible des voies d’accès au chantier.

De plus, les chefs d’entreprises doivent être vigilants à utiliser une main d’œuvre en situation régulière sous peine d’une très lourde sanction (3 ans d’emprisonnement et 45 000€ d’amende maximum.) En cas de recours à une entreprise de travaux forestiers, de salariés bûcherons tâcherons ou encore de prestataires français ou étrangers, des vérifications au préalable sont primordiales afin de s’assurer de la régularité de leur situation.

Egalement, il existe des réglementations relatives à la sécurité sur les chantiers. Le danger est très présent sur les activités d’exploitation forestière ; elles peuvent occasionner des accidents graves et parfois mortels. Ainsi, des mesures de protection des salariés sont à mettre en place.
Tout d’abord, il est impératif que tout travailleur porte les dispositifs de protection et de signalisation sur le chantier. L’équipement minimal à revêtir est composé d’un casque, de chaussures de sécurité et d’un vêtement de couleur vive (généralement jaune fluo). Certains salariés doivent aussi porter des protèges-jambes, des visières de protection et des protecteurs sonores du fait de leur fonction particulière sur le chantier.

Enfin, il est obligatoire pour les chefs d’entreprise de respecter les règles d’utilisation des équipements de travail : en outre, s’assurer de la conformité de la machine avec le travail effectué est indispensable.
Aussi, il est nécessaire de suivre des règles techniques et organisationnelles spécifiques selon le type d’intervention en forêt. Les entreprises de travaux forestiers françaises déclarées ont été formées à ces bonnes pratiques.

En conclusion, tout le monde est concerné par les réglementations des chantiers en forêt. Les chefs d’entreprises ont des impératifs à respecter tout comme le grand public : devant le danger que comportent ces chantiers, nous avons tous intérêt à respecter la signalisation informative notamment. Les risques sont importants, tout comme notre sécurité et celle des forestiers…

Leave a Reply

Your email address will not be published.